Tu t'fous de ma gueule et je m'en fous !


Humour et puissance face aux moqueries : astuces à transmettre aux jeunes (10-18 ans)

Le livre "Tu t’fous de ma gueule et je m’en fous !" sera édité lors de la rentrée scolaire 2020.

 

Il sera illustré par le dessinateur Nicolas Van De Walle, auteur belge de bandes dessinées aux Éditions Casterman (Carcassonne, Bruxelles) et aux Éditions du Tiroir (Adelin & Irina).

 

"Tu t'fous de ma gueule et je m'en fous !" est un manuel pédagogique à destination des adultes encadrant les jeunes. Il propose des explications théoriques, des techniques de répartie, des activités et exercices à utiliser avec les jeunes dès 10 ans.

 

Le programme "Tu t’fous de ma gueule et je m’en fous !" complète efficacement les informations contenues dans le livre, par l’expérimentation concrète des adultes en formation, et l’adaptation des techniques et activités à leur contexte scolaire et aux jeunes qu’ils côtoient.

LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT

AMÉLIORER LE CLIMAT RELATIONNEL

 PRÉVENIR LES CONFLITS


Dans les écoles, les élèves utilisent la moquerie comme un moyen de se montrer complices, de s’amuser, d’être appréciés par leurs pairs, d’exprimer leurs tensions, de dominer aussi. Mais la moquerie ambiante, même si elle est valorisée socialement, peut être source de blessures, de conflits entre ados, voire de violence.

Face à l’incontournable humour dont les jeunes font preuve entre eux, certains moqués réagissent en s’écrasant, se laissant rabaisser, voire humilier. Parmi ces jeunes, nombreux sont ceux qui se sentent impuissants à répondre, ne trouvant pas LA réplique qui fait mouche et ne parvenant pas à mettre leurs limites pour que cela s’arrête.


D’autres ont tendance à contre-attaquer en écrasant le moqueur, n’imaginant pas d’alternative aux joutes verbales. Même s’ils semblent plus confiants, ces jeunes sont en stress permanent, se laissant mettre « hors d’eux » et atteindre par la moquerie, et y répondant systématiquement en mode guerrier.

Les témoins de moqueries (bystanders) sont quant à eux partagés entre ces 2 extrêmes qui ont comme point commun d'envenimer la situation : se taire pour ne pas faire l’objet de représailles humoristiques, ou contre-attaquer pour défendre la victime impuissante face à la blague qui fait rire le groupe. Tout comme les moqueurs et les moqués, les témoins sont spect-acteurs de cet humour qui fait mal.

Comment aider les jeunes à comprendre pour quelles raisons ils se moquent et (se) laissent moquer ?
Comment leur permettre de conscientiser quel humour est acceptable pour eux et quelles moqueries ou critiques les blessent réellement ?
Comment les entraîner à adopter une posture corporelle puissante, cool, ancrée et protégée des railleries ?
Comment leur permettre d’expérimenter différentes manières de répondre du tac au tac, sans écraser ni s’écraser ?

Objectifs

L'objectif pour l'école est d'améliorer le climat relationnel, de prévenir les conflits et de faire face au harcèlement verbal, qui est la forme la plus courante et la plus banalisée de harcèlement. Les techniques de protection et de répartie sont à la fois utilisables à l'école, mais aussi en famille, dans les activités extrascolaires, sur les réseaux sociaux, ...

 

1) Comment fonctionnent moqueur, moqué et témoin ?

  • Comprendre les raisons qui poussent le jeune à utiliser ou subir la moquerie : l'instinct territorial, l'attitude de proie ou de prédateur, le besoin d'appartenance au groupe, ...
  • Cerner comment l’humour est instrumentalisé par l’ado : "C’est pour rire ! ", "C'est lui qui a commencé !"
  • Analyser comment le récepteur de la moquerie ou le témoin se laisse atteindre par la moquerie, au point de s’écraser ou d’écraser le moqueur.
  • Repérer les appâts, c'est-à-dire les critiques et les blagues qui touchent et qui blessent.

2) Quelle posture physique adopter pour prévenir les moqueries et s’en protéger ?

  • Tester des moyens pour le moqué et le témoin d’adopter une posture cool, puissante et ancrée en modulant sa position corporelle, sa gestuelle, sa voix, son regard, …
  • Utiliser des techniques de protection pour ne pas se laisser trop toucher ni décontenancer par les jokes et pour diminuer son stress face au moqueur.

3) Que répondre à la moquerie ou la critique ?

  • Pratiquer des techniques de répartie face à la critique ou la moquerie, en respectant le moqueur mais sans se laisser faire : ignorer consciemment, contre-attaquer, aller dans le sens de la critique/moquerie, décaler par l’absurde, esquiver, stimuler l’empathie, …
  • Si la critique/moquerie cache une tension non réglée et que le moqué ou le témoin souhaite le comprendre, clarifier chez le moqueur ce qu’il sous-entend en se moquant ou critiquant.
  • Énoncer un STOP clair, explicite, respectueux face à une blague ou critique irrecevable.

Organisation

Qui ?
Une équipe volontaire de 8 à 20 adultes encadrant les élèves en école primaire (4-5-6ème primaire) ou secondaire : enseignants, éducateurs, surveillants, direction, responsable de la discipline, coordinateur, CPMS, ... 

Afin de constituer un groupe d'au moins 8 adultes, plusieurs écoles primaires peuvent s'associer pour rassembler lors de cette formation les enseignants de 4ème, 5ème et 6ème primaire des différentes implantations, ainsi que les adultes en charge de la surveillance, la direction, les éventuels responsables de discipline, ...

Les adultes transmettent les outils aux jeunes et/ou aux autres adultes de l’école, grâce au programme pédagogique contenant : théorie, techniques et fiches d’activités pour apprendre à répondre du tac au tac et à se protéger en cas d’attaque verbale.

Comment ?

  • Une conférence explicative d'1h avec l'ensemble de l'équipe éducative. Cette conférence sert d'information et aide à sélectionner les adultes motivés pour la formation.
  • 2 journées de formation ludique sur les techniques de protection/répartie, de 9h30 à 16h30 (en suivant ou espacées de 2 à 4 semaines).
  • 1 journée de coaching animation/projet sur la répartie face aux moqueries (de 9h30 à 16h30, à la suite ou 2 à 4 semaines après la seconde journée de formation) : accompagnement des adultes à animer, transmettre, organiser concrètement un projet ou des moyens concrets de disséminer les outils de répartie dans l'école.
  • 3h d'accompagnement avec la Direction et l'équipe formée (réponse aux questions, suivi animation/projet, organisation, ...).
  • 20 manuels "Tu t'fous de ma gueule et je m'en fous !" pour l'école.

La pédagogie est interactive, concrète, ludique et cohésive. Les participants expérimentent les techniques de protection et de répartie sur eux-mêmes. Puis ils les proposent dans l’école, dans des échanges directs avec les jeunes ou les acteurs de l’école, dans des projets pour améliorer l’ambiance scolaire, dans des animations/formations à destination des élèves, des membres du personnel éducatif, des parents,

Quand ?

Dates à convenir avec l'école :

  • Conférence explicative d'1h avec l'ensemble de l'équipe éducative, au moins 2 semaines avant la 1ère date d'intervention.
  • 3 journées de 9h30 à 16h30, en suivant ou espacées de 2 à 4 semaines.
  • 3h d'accompagnement.

?

Au sein de l'école, dans un local suffisamment grand pour circuler dans l'espace facilement (au moins 40 m²), avec un paperboard, un écran, des baffles et un projecteur.

Combien ? 3750€ tout compris. Ce coût comprend :

  • La préparation du programme d'activités.
  • La conférence explicative d'1h avec l'ensemble de l'équipe éducative.
  • 2 journées de formation ludique sur les techniques de répartie/protection.
  • 1 journée de coaching animation/projet pour la dissémination des outils.
  • 3h d'accompagnement avec la Direction et l'équipe formée.
  • Les trajets.
  • Le matériel pédagogique de la formation.
  • 20 manuels "Tu t'fous de ma gueule et je m'en fous !" pour l'école.

Christelle Lacour

  • Psychologue, Formatrice en gestion des conflits et des émotions pendant 12 ans à l'Université de Paix.
  • Enseignante dans le secondaire et dans le supérieur de 2003 à 2016.
  • Fondatrice et Responsable du Centre Sweetch.
  • Co-créatrice de programmes subsidiés par le Ministère de l’Éducation de la FWB : Médiation par les pairs (Méthode des 3C) et Cellule d'écoute.
  • Conceptrice du jeu coopératif Belfedar (10-18 ans), diffusé en France, en Belgique francophone et en Europe (traduit en Néerlandais, Espagnol et Polonais).
  • Plus de 500 groupes et équipes formés depuis 2006.
  • Coordinatrice et gestionnaire d'équipes dans des projets (inter)nationaux, notamment en Éducation à la paix.

Le Centre Sweetch est reconnu comme organisme de formation officiel pour l'IFEN, l'Institut de Formation de l’Éducation Nationale au Luxembourg.